le 24-02-2016 14:07

Dégustabox Janvier

Autant j'ai adoré la box d'après fêtes, autant j'ai eu une légère déception pour celle-ci. 
Allez, je vous montre


Sur la photo, manque un paquet de Werther's Original. En effet, j'ai reçue la box en rentrant d'une matinée éprouvante passée aux urgences pour Gremlins alors, autant vous dire qu'ils n'ont pas fait long feu ! 

On y trouve également un tube de sauce tomate Panzani. J'aime beaucoup, j'en achète tout le temps alors, j'étais ravie ^^

Les sablés Michel et Augustin ont ravis mon petit malade (et moi aussi), alors même que nous ne sommes pas des grands fans de chocolat noir.

La levure et le sucre vahiné Dr Oetker étaient les bienvenus, vu que nous pâtissons beaucoup et que je rachète régulièrement.

 

J'adore le sirop d'érable Maple Joe. Je ne jure que par cette marque depuis que je l'ai découvert à la foire de Paris, il y a bientôt 10 ans. Et chandeleur oblige, le flacon tombait à pic !

Mais on trouve également un paquet de Floraline. Je ne connais pas du tout, et je ne sais donc pas comment l'utiliser...

Une boite de Petit salé aux lentilles de La Belle Chaurienne que nous n'avons pas encore goûtée.

Une brique d'une boisson aux noisettes Alpro que nous n'avons pas vraiment apprécié.

Et une bouteille de vinaigre balsamique de Modène de la marque Ponti.

Si je fais dans le détail, environs la moitié des produits me plaisent, ou sont régulièrement utilisés chez moi.
Mais j'ai trouvé cette box un peu... décousue.
Je m'attendais à quelque chose en rapport avec la chandeleur ou même mardi gras, et je fus assez surprise.

Je crois que je me suis trop habituée aux supers produits reçus pendant les fêtes ^^

Vous pouvez comme toujours commandé la box ici 

La box est au prix de  15.99€ avec livraison gratuite en relais colis.
La totalité des produits vaut 22.61€

Je suis maintenant assez curieuse de découvrir ce que nous réserve la prochaine box

 


 
 
le 16-02-2016 12:18

Lire et relire

Je lis beaucoup, énormément. Je dévore les livres comme d'autres dévorent leurs tablettes de chocolats ou leurs séries télévisées préférées.

J'ai toujours un livre à portée de main, une pile à lire qui a des allures de montagnes et des envies de lecture bien trop importantes pour être satisfaites.

Pendant un temps, assez long d'ailleurs, j'ai tenu un blog littéraire. Je commentais un peu plus de 300 livres par an.

J'aime tellement lire qu'on voit tout de suite quand ça ne va pas : je ne lis pas et n'en ai pas envie.

Ma plus grosse période sans lire fut de près d'un mois, et c'était quand j'étais en plein burn out. Je tentais de lire mais je n'imprimais rien, lisais et relisais la même phrase des centaines de fois sans comprendre le sens.

Lire, c'est une porte ouverte vers d'autres mondes, d'autres vies, des découvertes, des voyages.
Souvent, je me demande si je n'ai pas plus appris avec ma boulimie livresque qu'à l'école.

Ce qui est étrange, c'est que j'ai beau être une lectrice assidue et boulimique, et de tous les genres sans vraies distinctions, c'est que je suis fâchée avec l'orthographe.
Je fais des efforts, et en vieillissant, je trouve des astuces pour éviter la plupart des fautes. Mais ça reste une des mes grande honte, cette orthographe parfois défaillante, alors que j'associe volontiers grand lecteur et orthographe parfaite.

J'aime lire de tout. Des biographies, des historiques, de la science fiction, de la fantasy, des romans contemporains ou plus anciens, des histoires sérieuses comme des histoires d'amour à l'eau de rose (ou pas)

C'est parfois cyclique. Un coup, je vais être en plein trip « Historique », et je vais lire mille bouquins sur les rois et reines, les batailles et guerres, les grandes maisons comme les Borgia...

J'ai eu une longue période Young adult, avec la dystopie et la bit-lit.

Mais je ne me ferme jamais à une histoire ou un genre, et laisse toujours sa chance à un livre, même s'il ne m'attire pas de prime abord.

Heureusement, d'ailleurs, car cela m'ouvre de jolies découvertes, comme les Harry Potter.
Je refusais de les lire. Le battage médiatique autour me rendait cette série horripilante.
Et puis, on m'a offert le tome 2. Que j'ai commencé. Arrêté. J'ai emprunté le 1er. Fini le 2. Enchaîne par le 3.
Les 3 derniers tomes, j'ai été les chercher à la librairie à minuit, le jour de sortie, et dévorés dans la nuit.

Avec tout ça, parfois, il arrive de drôle de choses. Il m'arrive d'avoir un doute : ai-je bien vécue cette scène ou est ce que je l'ai lu ?

Je m'immerge tellement dans ce que je lis, devenant le héros ou l’héroïne, vivant l'histoire à cœur et à corps perdu, que parfois, je sors de ma lecture frissonnante, effrayée ou en pleurs.

Il peut aussi m'arriver de me mélanger les pinceaux. Dans quel livre ai-je lu cela ? Et quel est le titre de cette histoire sympa ?

Depuis près de 8 ans, j'ai une liseuse, ma fidèle kindle, que j'emporte partout. Elle était même avec moi en salle d'accouchement.

Elle m'a rendu de fiers services, comme de gagner de la place ou, le jour où j'ai quitté mon ex et déménagé, éviter de me retrouver avec des milliers de livres à ne pas savoir où ranger.


Je continue pourtant à acheter parfois quelques livres papiers. Parfois parce que la version numérique n'existe pas mais plus souvent parce que le livre m'a tellement plu en numérique que je veux avoir la version papier.

Et puis, il a y ces livres là, ceux que je lis, relis, encore et encore, sans jamais me lasser. Certains, je les ai lus des dizaines de fois. D'autres encore plus. Et chaque fois, ils me touchent toujours autant.
Je connais leurs histoires par cœur, je pourrais presque réciter les chapitres de mémoire.
Mais malgré tout, je les relis, encore et toujours. Je pleure et ris encore. Me laisser happer par les aventures de mes héros.

Divergente, Hunger Game, Harry Potter, Les Chroniques de Mackayla Lane, Le Palanquin des Larmes, Mercy Thompson, Alpha ou Oméga, Les Borgia....

Si on m'offrait demain le droit de partir sur une île avec une dizaine de livres, ce serait ceux là. Parce que je ne m'en lasse pas.

J'ai du lire les Hunger Game et Harry Potter au moins 5 ou 6 fois chacun. Le Palanquin des larmes, découvert en CM1, au moins 8 fois.
Les Patricia Briggs (Mercy Thompson, Alpha ou Oméga) au moins 6 ou 7 fois.

Tiens, d'ailleurs, si j'allais me replonger dans l'univers de Mercy et ses loups ?

 


Commentaires

 

1. Ophelie (L'Ecarpulte)  le 17-02-2016 à 02:52:39  (site)

J'adore lire...
J'ai presque toujours lu !
J'aime lire de tout egalement, biographiques, historiques, fantasy, contemporains, anciens, romances, phychologiques..
Il y a toujours un livre que je ballade toujours (dedans ou dehors) Ma PAL ressemble aussi à des hautes montagnes !
Je lis un tout peu en numérique mais je reste tout de même sur la version papier qui manquerait trop !!

2. FAF  le 18-02-2016 à 11:32:25

Chez nous aussi bcp de lectures mais ça pèse tellement lourd lorsque nous partons en vacances (et puis aussi parce qu'une opération des mains me privait de prendre des livres trop lourds) je suis passée à la liseuse, et moi qui était totalement réticence, je ne m'en passerais plus.

 
 
 
le 15-02-2016 19:55

Addict

Cette année, je participe au projet d’Agoaye, « une année de bienveillance ». J’avais déjà aimé son projet de l’an passé, et cette année, le sujet convenait particulièrement à certaines décisions que j’ai prises pour améliorer ma vie.

J’ai arrêté de me leurrer pour regarder les choses en face, et pris des résolutions.

J’ai aussi enfin réussir à m’avouer que j’avais un réel problème avec l’argent et, depuis quelques mois, avec la nourriture.


J’ai cherché sur le net comment arrêter de mettre mon budget et ma santé en péril pour des pulsions comme celles-ci.


J’ai tenté les techniques trouvées un peu partout : tenir un carnet, laisser un temps avant de succomber ou pas….

Rien n’y a fait.


Alors, un jour, j’ai tapé « pulsion d’achat » sur Google et j’ai fini, au gré de mes lectures, de découvrir qu’il existe une addiction à l’achat, souvent couplé à des compulsions alimentaires. Que c’est une vraie maladie, comme l’addiction à la drogue, à l’alcool…

Dans un premier temps, ma première réaction a été de minimiser les choses. Une addiction à l’achat, la bonne excuse, haha ! Il me manque juste un peu de volonté, je ne suis pas comme ça moi.


Et puis, quand j’ai décidé d’arrêter de me leurrer, j’ai fini par faire des recherches un peu plus approfondies, et par trouver l’adresse, sur Angers, d’une association qui gère les problèmes d’addictions, alcool, drogues, jeux mais aussi achats et alimentaires.

J’ai pris un rendez-vous que j’ai avoué à mon médecin traitant quelques jours avant.


Il était ravi que je fasse ce premier pas.


Ce rendez-vous, c’était vendredi dernier.


Je n’étais pas fière, en poussant la porte. J’avais peur et un peu honte aussi.

J’ai rencontré la femme qui sera ma référente dans ce nouveau parcours que je débute.

Nous avons parlé longtemps. Surtout moi. Plus de deux heures.
Je n’ai rien caché, tout dit, même du superflu pour moi mais elle, elle a entendu des choses derrière cela.


Elle m’a dit ce qu’elle en pensait, ce qu’elle entendait.

J’ai été surprise, choqué, et parfois, pas du tout surprise aussi.

Je manque de bienveillance envers moi même, m’a-t-elle dit.
Je qualifie ces « addictions » de défauts, de faiblesses, là où elle voit une fragilité.
Je m’en veux de ne pas réussir à tenir, de n’avoir pas de volonté pour ça alors que je sais que je peux être tenace.


Elle m’a dit également que je devais m’écouter. Que j’étais toujours là pour les autres, combative, volontaire, déterminée. Mais pas pour moi.

Ce n’est pas faux.


Elle a soulevé le fait que le moment où j’ai fait cette « petite » dépression l’an passé correspondait à une période où tout allait bien.
Que cette dépression a cédé avec le problème de harcèlement de Gremlins.
Parce que son agression m’a donné une bataille à mener qui a fait en sorte que je n’ai plus à penser à moi, à ce qui me faisait souffrir.


Je n’ai pas été surprise, j’avais déjà réalisé cela il y a peu.


Elle m’a dit que j’avais besoin de remplir un vide en moi avec les achats et la nourriture.
Que nous allions travailler sur ce vide. Pour trouver d’où il vient, ce qu’il est, et ce qui permettrait de le remplir de façon correcte et durable


J’ai réalisé que je savais apprendre à mes enfants à ne pas faire ce que je fais, que j’avais avec eux les mots bienveillants que je n’arrive pas à avoir envers moi-même.

Tellement de choses en deux heures.


Elle va m’épauler sur une démarche que j’envisage depuis des années sans oser me lancer de peur de blesser des gens de mon entourage, mais qui crée un manque, une fragilité en moi. J’en reparlerais peut être plus en détail…


Nous allons nous revoir.

Parce que ce qu’elle m’a dit a trouvé un sacré écho en moi, et que je ne cesse d’y penser depuis.


Étrangement, elle ne m’a rien demandé. Ni de faire attention à mes achats ou mes pulsions alimentaires, ni de tenir des comptes ni rien.

Elle m’a juste proposé de faire un simple exercice chaque soir, au coucher : penser à 3 choses que j’ai faites pour moi dans la journée et qui m’ont apportées du plaisir.

Moi qui croyais que ce serait facile, je me trompais.
Je fais des tas de choses qui me font plaisir. Mais jamais vraiment pour moi.
Pour mes enfants, pour la famille, les amis. Mais pas pour moi….


Ce qui me fait réaliser d’autres choses.

Et qu’il va y avoir du travail pour que je devienne enfin bienveillante envers moi-même.

 


Commentaires

 

1. christineb  le 15-02-2016 à 21:09:13  (site)

Votre expérience est très intéressante et trouve forcément un écho chez beaucoup d'autres femmes. Bon courage.

2. Marionle6tron  le 16-02-2016 à 10:04:19  (site)

Waou quel courage
Je pense qu'on est proche d'avoir les mêmes soucis sauf que je suis loin d'avoir atteint le stade où je regarderai la vérité en face. J'ai un article qui dort depuis décembre, pas vraiment fini, j'arrive pas à mettre des mots sur mes soucis car je ne suis pas prête à voir la vérité en face... mais ça va venir Sourire
Félicitations

 
 
 
le 13-02-2016 13:43

Un défi ou un écrit #6

Cette semaine, le défi lancé par Agoaye, une parole bienveillante envers les autres, est particulièrement facile pour moi, pour une fois.

 

 

 

Dans la vie de tous les jours, je fais déjà tout cela. Je ne suis pas avare de compliments, et mes enfants sont les premiers à en bénéficier. Mais j’ose souvent dire les choses aux gens.

Je suis capable de dire à une personne que je ne connais pas que je trouve ses yeux magnifiques ou que j’adore ses bijoux.
Les gens sont souvent surpris mais je sens que ça leur fait plaisir, leurs visages s’illuminent vraiment, et je ne sais pas qui, d’eux ou de moi, prend le plus de plaisir à ce moment là…


Je souris tous le temps ou presque, dans la rue. Je salue les gens d’un sourire ou d’un signe de tête même si je ne les connais pas, propose spontanément mon aide quand besoin est, je remercie toujours, même pour un simple conducteur qui m’aurait cédé le passage. Je suis profondément sociable.
Je suis toujours étonnée de voir les gens surpris de mes sourires, de mes remerciements ou de mes saluts. Cela me semble tellement naturel !

 


 


 

    Image http://www.la-brucette.com/

 

Le thème de l’écrit du projet « Aussi loin que les nuages » m’as fait sourire.


Car c’est exactement ce que me dit mon Tisinge souvent.

 « Maman, je t’aime aussi loin que les nuages ».

 

Puis, comme ce n’est visiblement pas assez pour lui, il ajoute

« Et aussi loin que la planète ».

 

Mon cœur de maman fait un petit salto à chaque fois, et les hormones du bonheur se bouscule dans mon corps, me rendant toute chamallow…

 

Quand j’étais gamine (et même maintenant, parfois), j’adorais m’allonger dehors et regarder les nuages passer.

J’avais une imagination débordante, et j’y voyais des millions de formes, j’y inventais des milliers d’histoires.

 

Je ressortais de ces moments de libre imagination complètement détendue, presque frustrée de devoir quitter le ciel pour reprendre pied sur le sol et ses réalités.

 

Si je pouvais voler, j’irais aussi loin que les nuages, découvrir s’il s’y cache quelques êtres mythiques ailés ou divins.

Je slalomerais entre ces obstacles de coton, plongeant avec délices dans les mers de douceurs blanches….

 

En attendant, je me contente de vivre, d’aimer. Et d’être heureuse « aussi loin que les nuages ».

 

 


Commentaires

 

1. holly  le 13-02-2016 à 15:53:09  (site)

bonjour je te souhaite la bienvenue sur vef en espèrent que tes souci vont vite être résolue bonne journée

2. fanfan76  le 13-02-2016 à 20:44:15  (site)

Bonjour j'aime sourire aussi, je me suis fait la réflexion cette après-midi, j'ai trouvé peu de gens souriants ou aimables, pourtant c'est si agréable de donner ou de recevoir un sourire, merci, bonne soirée, bon dimanche, fanfan76

3. Ophelie (L'Ecarpulte)  le 17-02-2016 à 02:59:13  (site)

Je pense être quelqu'un qui essaye d'être bienveillante envers les autres autant que je le peux...
Je ne suis pas non plus avare sur les compliments pour les autres !!!
Les mots de Tisinge sont vraiment merveilleux et adorables <3

 
 
 
le 13-02-2016 13:38

Bienvenue

Mon blog meredebordee.com rencontrant depuis quelques semaines quelques difficultés, je crée ce nouveau blog pour me permettre de continuer à partager avec vous mes billets, en attendant la résolution du problème.

Alors, bonne lecture !
Tags: #bienvenue
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article